La Mirabilia

Lieu d’accueil artistique
Pour les tout-petits (0-3 ans) et adultes accompagnateurs

La Mirabilia est un lieu dans lequel les pratiques artistiques et culturelles sont les vecteurs d’une relation entre enfants et parents. L’objet de la Mirabilia est de permettre, à l’enfant, à ses parents et aux professionnels, d’épanouir leur faculté d’être soi-même, dans une rencontre avec autrui.

La Mirabilia est un espace de recherche et d’expérimentation de pratiques culturelles vivantes, c’est-à-dire que chaque participant est invité à vivre les pratiques culturelles et artistiques proposées.

Histoire

Destiné à de jeunes enfants, à leurs parents et aux professionnels de la petite enfance, la Mirabilia est un espace culturel de recherche et de transmission, dans lequel nous expérimentons des pratiques artistiques et culturelles dans le souci de lutter contre l’exclusion culturelle et sociale.

Le projet a vu le jour grâce à une collaboration entre la compagnie Praxinoscope, le département de la Seine-Saint-Denis, des professionnels de la petite enfance (assistantes maternelles, éducateurs spécialisés), une psychanalyste (Josée Morel), différents artistes, l’espace Paul Eluard et la ville de Stains.

Le projet est donc né en Seine-Saint-Denis, dans le théâtre municipal de Stains, où il a pris place pendant deux ans (2007-2009), dans un contexte pauvre économiquement mais riche d’une diversité de cultures de toutes origines. Ce projet répond au besoin naturel de vivre et de partager une culture vivante métissée, de lutter contre l’exclusion culturelle et les cultures de consommation, en réinventant une relation simple et vivante à l’art.

Dès l’origine il a été question d’essaimer cette initiative : ainsi, une seconde Mirabilia a pris place près de Dieppe entre 2009 et 2011.

Tout en continuant à poursuivre son implantation dans son territoire d’origine, la Seine-Saint-Denis, nous souhaitons faire vivre cette expérience au-delà du département. Dans le souci de diffuser largement le principe de la Mirabilia, nous avons demandé au réalisateur François-Xavier Drouet de réaliser un documentaire : Promenade en Mirabilia. Par ailleurs, le travail de recherche mené sur les questions de transmission, de culture vivante, et de métissage culturel est en cours de rédaction.

Un travail à long terme

Chaque Mirabilia constitue une implantation dans un contexte donné, la réinvention du projet à partir de ce contexte et la création d’un univers original sont au centre de notre démarche. Il ne s’agit pas de planter un décor partout identique ni de répéter une recette éprouvée. Chacune des Mirabilia passée et à venir est un objet unique née de la rencontre avec les habitants, les associations locales et les services municipaux et/ou départementaux.

L’arrivée d’une Mirabilia est d’abord l’aboutissement d’un processus d’acclimatation de la compagnie et de rencontres avec les parents, les enfants et les professionnels de la Culture et de la Petite enfance au niveau local. La participation de chacun à une Mirabilia étant libre et sans engagement, seul un lien de confiance préalable permet à une telle entreprise de créer un lien fort avec les participants à même de les faire revenir de séance en séance. Ainsi, à Sevran, au Parc départemental de la Poudrerie et à Aubervilliers, plusieurs années de présence sur le terrain nous permettent de dessiner un projet cohérent et adapté.

De même, chaque Mirabilia est le fruit d’une réflexion sur les objets qui la composent, les jouets et les livres qui y seront proposés. Elle est constituée d’œuvres plastiques créées spécialement et rendue vivante par des artistes sensibilisés à la question de la petite enfance.

Nous ne voulons pas, avec la Mirabilia, proposer des ateliers, mais bien créer les conditions pour l’émergence d’une œuvre collective et chaque fois singulière. C’est pourquoi chacune d’elle nécessite un engagement important de la compagnie en temps et en énergie.

Le déroulement d’une séance

Nous accordons un soin très particulier à l’accueil des personnes qui fréquentent la Mirabilia. Notre expérience du théâtre jeune public nous a appris que le temps du désir était essentiel, ce moment qui précède le spectacle et pendant lequel l’enfant va  prendre la décision d’entrer dans la salle de théâtre. L’espace de la Mirabilia évoque un cocon, un endroit douillet, hors du temps et de toute culture, dans lequel on se sent bien, on se sent chez soi, quelle que soit notre culture d’origine. C’est ce que l’on peut appeler un espace de liberté, un lieu « à part », qui rompt avec le monde extérieur, un lieu où tout est possible parce que l’on s’y sent en confiance.

Lorsqu’adultes et enfants pénètrent dans la Mirabilia, une atmosphère est déjà présente, ils sont accueillis en musique, nul besoin de mots, ils rentrent déjà dans un univers d’odeurs, de couleurs, de sons, de jeu.

Les bambous, les tissus dessinent différents lieux: une bibliothèque à odeur, un coin livre, un berceau pour les parents, un lieu où se retirer et se reposer, un espace dédié à la musique ou la manipulation d’objets. Chacun peut se rendre où il le souhaite, toucher tous les objets, y compris des œuvres d’art, comme des sculptures, des mobiles… Une « agora » représentée par un tapis constitue un lieu où l’on se  rassemble, en particulier au moment du conte qui ponctue chaque séance.

La Mirabilia ne présente pas une série d’ateliers, ni d’activités, c’est un espace de liberté, un environnement artistique où chacun peut aller et venir, faire ce qu’il veut. Les enfants ne restent pas nécessairement avec leurs parents. C’est un lieu où chacun peut être là pour lui-même. C’est donc un lieu de rencontre et de découvertes. Un adulte va jouer avec l’enfant d’un autre, un enfant peut prendre en charge un autre enfant, de manière toujours naturelle. La Mirabilia a cette qualité de permettre à chacun de trouver sa place en tant que personne. Dans l’espace musique par exemple, tout le monde prend spontanément des instruments de musique et joue avec les autres. L’improvisation qui en découle, à laquelle participent les artistes présents, est une manière de vivre la culture comme un art d’être ensemble, tout en se découvrant soi-même : un art dans la vie, un art de vivre.

La séance se termine par le chant d’un petit coucou, drôle d’horloge lumineuse qui donne  l’heure d’un moment hors du temps.

Facebook

Tumblr

La Mirabilia a fermé ses portes en juin 2016. Elle reviendra probablement sous une nouvelle forme dans les années à venir.

Une création de la compagnie Praxinoscope, avec le soutien de la ville d’Aubervilliers, du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, de la région Île-de-France, de la DRAC Île-de-France et de la Fondation de France.